Il faut repenser nos méthodes de travail et encourager le télétravail

Retrouvez cette tribune dans Management Magazine de Février 2011

Qui – à part les avocats et les gestionnaires de patrimoine – attache encore de l’importance à une belle adresse ? Au prix actuel de l’immobilier, les bureaux constituent une source de dépenses énorme pour les TPE et PME. Je dirige une société d’une dizaine de personnes, composée essentiellement de développeurs informatiques et de commerciaux, et dès sa création, j’ai décidé de miser sur le télétravail. Les cadres passent un temps considérable dans les transports pour se rendre au bureau : ils peuvent perdre entre 1 et 3 heures par jour pour ce type de déplacement. En instaurant le télétravail, une entreprise s’offre de généreuses économies : surface de bureau réduite au minimum, frais de déplacement quasi inexistants, gains de productivité, etc.

Mais passer du « tous-au-bureau » au « tout-dehors » nécessite de repenser son organisation et ses méthodes de travail. L’essor d’internet et de certains outils collaboratifs a déjà changé la façon de communiquer. A tel point que, même dans les grandes structures, on se déplace de moins en moins pour parler à un collègue, on préfère envoyer un courrier électronique ou téléphoner.

Chez Fitnet Application, nous ne passons pas notre temps en réunion. En revanche, nous échangeons en temps réel en nous connectant sur Skype, le logiciel gratuit de communication téléphonique sur IP. A chaque collaborateur est attribuée une (ou plusieurs) tâche, mise en ligne sur un intranet : sa planification et son état d’avancement sont ainsi visibles par tous, et par l’intéressé en premier lieu. Nous n’envoyons plus d’e-mails non plus ! Sur le principe du mur de Facebook, nous postons, sur ce même intranet, nos questions, nos réponses ou nos remarques. Les collaborateurs vont les chercher en fonction de leurs besoins et de leurs attentes et réagissent en ligne.

Alors n’est-il pas temps de lâcher un peu la bride et d’envoyer nos cadres à l’école du Management 2.0 pour que la révolution numérique succède enfin aux anciennes pratiques ? Pour mettre en place ce type d’organisation, il faut néanmoins lever deux freins : le manager doit accepter de partager l’information en toute transparence, sans craindre de perdre son pouvoir. Quant au salarié, qui n’a pas l’habitude de travailler chez soi, il doit apprendre à se discipliner et à être autonome.

Ce contenu a été publié dans Entreprise 2.0, Gestion de projet, Télétravail, Web 2.0. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire